A la rencontre d'un chercheur

Ce mois-ci : Prof. Dr. Vincent van Pesch
UCL, Unit of Neurochemistry - Institute of Neuroscience - Cliniques Universitaires Saint-Luc
Son équipe : Ms. L. D’auria, Ms. H.A. Dang, Ms. Z. Nasr et Mr. O. Perdaens
Subside du Fonds Charcot : 30.000 € / 2 ans
 
Neuro-immunologie
Le rôle neuro-inflammatoire des micro-ARN dans les vésicules extracellulaires : biomarqueurs et outils thérapeutiques dans la sclérose en plaques
 
Le défi à relever dans la conception de traitements plus efficaces pour la sclérose en plaques (SEP) réside dans sa pathogenèse complexe et encore mal comprise. Il est donc important de caractériser de nouvelles molécules bioactives qui pourraient jouer un rôle dans les aspects inflammatoires ou neurodégénératifs de la maladie. La communication de cellule à cellule peut se produire à travers des exosomes contenant des micro-ARN. Les micro-ARN sont du matériel génétique non codant, capable de réguler des centaines de gènes. Plusieurs micro-ARN ont été associés à la SEP, mais leur source cellulaire et leur activité biologique demeurent pour la plupart non caractérisées. Le but de ce projet innovant est de caractériser, à la fois en termes de phénotype et de fonction, les effets de la combinaison de miARN et de vésicules extracellulaires sur la dysrégulation immunitaire dans la SEP, conduisant à la découverte de nouvelles voies de signalisation et de cibles thérapeutiques.
 
« Ce projet vise à étudier l’implication des vésicules extracellulaires circulantes et des micro-ARN dans la neuro-inflammation, à déchiffrer la pathogenèse de la SEP et à élaborer de nouvelles stratégies thérapeutiques. »
 
La pathogenèse de la sclérose en plaques (SEP), une maladie du système nerveux central à médiation immunitaire, demeure mal comprise. Notre recherche vise à étudier des régulateurs biologiques récemment découverts, les micro-ARN, qui circulent dans les fluides corporels au sein de structures lipidiques sphériques appelées exosomes. Nous avons l’intention d’étudier le profil d’expression des micro-ARN, de caractériser leurs porteurs (exosomes) dans le liquide céphalo-rachidien et le sang des patients atteints de SEP. Nous tenterons de déterminer leur source cellulaire et nous étudierons la façon dont ils régulent la réponse inflammatoire durant la phase récurrente et progressive de la maladie. Cette approche pourrait permettre de découvrir de nouvelles voies biologiques impliquées dans la SEP et pourrait contribuer à identifier de nouvelles cibles thérapeutiques.   

 

02.04.18

Aidez-nous Faites un don ou un legs