Aidez-nous Faites un don ou un legs

Prof. Dr. Nathalie Cools

Tolérance ciblée dans la sclérose en plaques : développement de lymphocytes T régulateurs exprimant des récepteurs transgéniques spécifiques de la protéine basique de la myéline

Bourse

59 005 €
Laboratorium voor Experimentele Hematologie- UAntwerpen
« Rétablir la tolérance de soi au moyen de la thérapie cellulaire : pouvons-nous rééduquer le système immunitaire déréglé dans le cadre de la SEP par des lymphocytes T régulateurs ? »

L’utilisation de cellules souches ou de cellules immunitaires modifiées représente une thérapie attrayante et innovante qui prend actuellement de l’importance. À ce jour, les thérapies cellulaires sont également évaluées pour traiter les maladies auto-immunes telles que le diabète de type 1, la polyarthrite rhumatoïde et la sclérose en plaques (SEP). Les lymphocytes T régulateurs (également appelés Tregs) sont des cellules T qui jouent un rôle dans la régulation ou la suppression d’autres cellules du système immunitaire. Par conséquent, les Tregs permettent de cibler des cellules potentiellement impliquées dans l’initiation et la progression d’une maladie auto-immune. Dans le cadre du présent projet, nous visons à favoriser l’application clinique des Tregs dans l’auto-immunité. A cet effet, nous avons établi un protocole pour la génération de Tregs exprimant des récepteurs transgéniques spécifiques d’une protéine de la myéline, pouvant être appliqué à la SEP.

Le projet scientifique

Les lymphocytes T régulateurs (Tregs) sont une sous-population de lymphocytes T qui modulent le système immunitaire, maintiennent la tolérance aux auto-antigènes et préviennent l’auto-immunité. Outre la suppression directe de l’activation immunitaire, les Tregs exercent leurs fonctions immunosuppressives indirectement via leur interaction avec les cellules présentatrices d'antigène (CPA), telles que les cellules dendritiques (CD). Des approches de thérapie cellulaire à base de Tregs sont testées en pratique clinique, et de nouvelles données indiquent que l’administration de Tregs spécifiques de l’antigène augmente substantiellement la puissance et la spécificité du traitement par Tregs. Par conséquent, nous visons ici à développer des Tregs exprimant un récepteur de cellules T transgénique (TCR) reconnaissant la protéine basique de la myéline (PBM). Nous prévoyons de renforcer l’interaction des Tregs avec des CD exprimant l’antigène de la PBM d’une manière dépendante du complexe majeur d’histocompatibilité (CMH), contrôlant finalement l’auto-immunité.