Aidez-nous Faites un don ou un legs

Dr. Debbie Leblon et Prof. Peter Ponsaerts

Développement d’un modèle de démyélinisation in vitro dérivé de cellules souches humaines pluripotentes et étude des effets des macrophages et de la microglie de phénotype M2 induit par l’IL13.

Bourse

43.000 € / 2 ans
U Antwerpen

Au cours de nos études précédentes, nous avons pu démontrer que la modulation de la réponse immunitaire de première ligne, y compris les macrophages et la microglie, par l’administration d’interleukine 13, permettait de protéger la myéline dans un modèle animal de SEP. A présent, l’étape suivante consiste à étudier cet effet dans un contexte humain. Pour ce faire, nous imiterons l’environnement d’un cerveau SEP en laboratoire au moyen de cellules souches humaines. A partir de ces cellules souches, nous obtiendrons des oligodendrocytes, des neurones, des cellules microgliales et des macrophages. En combinant des neurones et des oligodendrocytes, ceux-ci se mettront à produire de la myéline. Ensuite, la dégradation de la myéline sera induite au moyen de toxines spécifiques. Enfin, les cellules microgliales et les macrophages seront ajoutés avec ou sans interleukine 13 afin d’en étudier l’effet sur la dégradation de la myéline.

Développement d’un modèle de démyélinisation in vitro dérivé de cellules souches humaines pluripotentes afin d’étudier les effets des macrophages et de la microglie de phénotype M2 induits par l’IL13, sur la préservation de la myéline et/ou la remyélinisation.