Aidez-nous Faites un don ou un legs

Prof. Dr. Peter Ponsaerts et Dr. Debbie Le Blon

Application d’organoïdes cérébraux humains 3D afin d’évaluer la capacité de l’interleukine 13 à bloquer les réponses immunitaires néfastes de la microglie et des macrophages

Bourse

30 000 € / 2 ans
Laboratory of Experimental Hematology - UAntwerpen
La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune chronique du système nerveux central dans laquelle la perte de myéline, qui au final entraîne une neurodégénérescence, est causée par l’infiltration de diverses cellules immunitaires. La réaction immunitaire de première ligne comprend la microglie, provenant du cerveau lui-même, et les macrophages issus du sang. Au cours des 6 dernières années, nous avons étudié la modulation immunitaire de la microglie et/ou des macrophages par une cytokine, l’interleukine 13 (IL13), pour savoir si elle pouvait avoir un effet sur la progression de la maladie. Nos études précliniques sur un modèle de SEP chez la souris ont démontré que la production locale d’IL13 pouvait entraîner une réduction de la perte de myéline et des cellules productrices de myéline. La prochaine étape consiste à déterminer l’efficacité de l’IL13 sur le tissu cérébral humain cultivé à partir de cellules souches en laboratoire. 

Le projet scientifique

La sclérose en plaques (SEP) est considérée comme une maladie auto-immune chronique du système nerveux central (SNC), où l’infiltration de cellules mononucléées constitue un facteur majeur de démyélinisation, de gliose, de lésions axonales et de perte de fonction neuronale. Nous avons mené des recherches pendant ces 6 dernières années pour comprendre si une modulation immunitaire par l’interleukine (IL) 13 pouvait ralentir la progression de la maladie. Alors que nos études précliniques menées sur le modèle murin d’inflammation/démyélinisation induite par la cuprizone (un produit toxique pour la myéline) ont apporté des résultats à l’appui de cette hypothèse, nous ne savons pas si la microglie humaine et les macrophages sont également sensibles à l’IL13 dans le cadre d’une SEP pro-inflammatoire. En utilisant des modèles de culture cellulaire 3D dérivés de cellules souches pluripotentes d’origine humaine, nous cherchons à fournir une justification préclinique supplémentaire pour l’utilisation de l’IL13 comme nouvelle approche thérapeutique dans la SEP à un stade avancé.